Interview Luciole : Et en attendant … son nouvel EP !


Une découverte en 2007 sur une scène slam d’un bar de quartier du 17ème ! Depuis elle a fait du chemin, un premier album « Ombres » sorti en 2009 avec une tournée de près de 2 ans et plus d’une centaine de dates … De festivals en premières parties (Camille, Oxmo Puccino, Emily Loizeau…) Luciole a su imposer en douceur son univers onirique. Elle a l’amour des mots, un regard bienveillant sur son monde et une imagination capable de saisir la beauté des choses les plus banales, et comme dit si bien John Keats « Ce que l’imagination saisit comme beauté doit être la vérité »

Luciole a sorti récemment un nouvel EP et sera à la fin du mois sur scène, l’occasion d’aller à sa rencontre et d’en savoir un peu plus sur cette jeune femme aux ongles bleus …

LCDP : Bonjour Luciole, ton univers mêle slam, théâtre, chant parlé… Peux-tu nous présenter ton parcours musical ?

LUCIOLE : « Et bien il est composé d’un peu tout cela, en fait ! J’ai commencé la musique toute petite par le solfège, le piano, puis un peu plus tard, ado, les cours de chant. En parallèle, le théâtre prenait lui aussi une place importante, enfant déjà, jusqu’à devenir un chemin professionnel, une fois le bac en poche, en entrant au Conservatoire à Rennes. Le slam, je l’ai découvert à la fin du lycée et ça m’a happé… et puis surtout ça m’a permis de développer mon écriture, mon envie de dire mes propres mots. Enfin… si on mélange tout ça, avec des allers-retours entre toutes ces disciplines, on peut dire qu’elles m’ont emmenées à façonner mon univers, quelque chose qui me ressemble, je crois. Aujourd’hui, après avoir bien digéré tout ça, je peux chanter vraiment, en gardant tout ces « bagages » au plus près de moi au cas où… »

LCDP : Que se cache-t-il derrière le titre «Et en attendant…» ? L’attente d’un deuxième album ? Si tu devais continuer cette phrase, cela donnerait quoi ? Je suis  curieuse ;).

LUCIOLE : « La phrase a déjà été complétée (rires) ! « Et en attendant, je peins mes ongles couleur océan et je plonge dedans ». Oui, ça parle d’attendre… d’attendre le 2ème album qui se prépare, d’apprendre à être patiente (chose que je ne suis pas vraiment !), d’apprivoiser ces vides, ces moments d’entre-deux projets. Ça prend du temps… »

LCDP : (rires) les ongles évidemment ! Tes textes sont plutôt mélancoliques, maussades, tu abordes des thèmes comme la patience, la solitude, la pauvretéC’est bleu tout autour de toi, Te sens-tu plus à l’aise dans l’écriture de ces émotions ou parler d‘émotions positives ne t’intéresse pas ?

LUCIOLE : « C’est vrai que je me sens à l’aise avec ces ressentis, peut-être parce que je les trouve beaux. Mais pour moi, il ne sont pas maussades… Et puis je ne les trouve pas tous mélancoliques non plus. Il y a des déclarations d’amour, d’amitié, des mercis cachés, une pointe d’humour parfois et surtout beaucoup d’images, c’est ce qui me plaît le plus. C’est souvent de là que je pars, un mot, une phrase et puis je tourne autour en fredonnant jusqu’à trouver la « formule » juste. Je pars toujours du texte, c’est ma matière première. Ensuite vient la mélodie, de plus en plus rapidement d’ailleurs… (maintenant j’écris presque en chantant !). Et enfin les arrangements, la composition (avec l’aide de musiciens). J’aimerais parler d’émotions positives, ce n’est pas qu’elles ne m’intéressent pas, c’est juste que je trouve ça finalement plus difficile… Mais promis, je vais essayer d’en écrire au moins une pour le 2ème album ! »

LCDP : Super … Te souviens-tu de ton premier texte ? À quel âge as-tu eu le besoin de coucher les mots sur papier ?

LUCIOLE : « Le premier texte dont je me souviens nettement est un petit poème écrit pour un travail en français en 6ème. Je crois que j’ai très vite eu envie d’écrire, d’abord pour moi, puis pour partager. Toujours à la quête de ces fameuses « images », comme une envie de les collectionner… Les premières chansons sont venues fin du collège, début du lycée mais c’est vraiment vers 17-18 ans que c’est devenu un besoin… au point finalement d’en faire un métier. C’est d’ailleurs à cette même période que j’ai commencé à prendre le nom de Luciole. »
 
LCDP : Ah oui Luciole,…  d’où vient ce nom d’ailleurs et pourquoi ?

LUCIOLE : « Je ne l’ai pas vraiment pré-médité… La 1ère fois que je me suis rendue sur une scène slam, au moment de l’inscription on m’a demandé mon pseudo et… c’est ce qui est sorti ! Je crois que je l’ai choisi car il est proche de mon prénom, juste une lettre de plus pour le faire briller un peu, lui ajouter du doré. J’aime le côté petit point lumineux. C’est toujours moi mais… en lumière. »

LCDP : Si tu devais définir ton nouvel album en 4 mots… Que me dirais-tu ? Et pourquoi ?

LUCIOLE : « Waouh, pas simple du tout ! Alors je dirais « rythmique » car c’est la base de mon travail musical sur ce projet, envie d’un album percussif, rythmé. « Chanson » car ma manière d’écrire s’est modifiée depuis le 1er album. J’écris davantage avec une structure couplet-refrain et surtout, je chante ! Je chante beaucoup plus. « Bleu » car c’est la couleur qui pré-domine, qui se retrouve (au départ sans le faire exprès) un peu partout. J’aime l’idée de créer un univers visuel pour aller avec la musique… comme si c’était un tout. Et enfin « autour »… car c’est ce qui m’inspire. »

LCDP : J’ai vu que tu avais un blog et que tu attachais beaucoup d’importance au visuel que tu partages sur les Internets.  Es-tu très présente sur les réseaux sociaux ? Si oui, aimes-tu ça ?

LUCIOLE : « Oui, je suis assez présente (rires) ! J’ai un Myspace, une page Facebook et suis également sur Twitter et Noomiz + mon site internet qui comporte une partie blog appelée « Et maintenant ? ». Je suis un peu community manager en fait (rires) ! Après j’y suis avec plus ou moins d’assiduité. Facebook est le réseau sur lequel je suis le plus présente. Mon site est mis à jour très régulièrement et j’essaie de twitter un peu mais c’est moins naturel pour moi. Les autres pages sont à jour mais j’y vais bien plus rarement. J’apporte beaucoup d’importance au visuel, aux informations données aussi… après tout Internet est un super moyen de communication, non ? »
 
LCDP : Tout à fait d’accord avec toi … Qu’est-ce que tu écoutes en ce moment ? Un livre de chevet à nous conseiller ?

LUCIOLE : « J’écoute tout un tas de choses et suis toujours à la recherche de nouvelles découvertes ! En ce moment j’écoute beaucoup Avishai Cohen et Woodkid. Et côté lecture, je savoure pour la 2ème fois « Le mec de la tombe d’à côté » de Katarina Mazetti pour pouvoir découvrir la suite « Caveau de famille ». »

LCDP : Si tu devais partager un duo, avec qui aimerais-tu le faire ?  

LUCIOLE : « Il y a tout un tas de gens avec qui j’aimerais partager un duo ! Des accessibles et d’autres beaucoup moins… Mais disons Benjamin Biolay, Émilie Simon, Emily Loizeau, Feist, Yodelice… mais aussi mon amie Chat. »

LCDP : Benjamin Biolay, comme je te comprends ! Quelle chanson te met les poils immédiatement ?

LUCIOLE : « En ce moment c’est une chanson tirée de la BO du film « Les Bien-Aimés » de Christophe Honoré, chantée par Catherine Deneuve et qui s’appelle « Je ne peux vivre sans t’aimer ». Ça marche à tous les coups ! »

LCDP : Est-ce que l’on pourra découvrir l’EP prochainement sur une scène parisienne ?

LUCIOLE : « Oui !!! Et même sur deux ! Le 24 janvier à la Bellevilloise (c’est gratuit, il faut simplement réserver sa place avant le 18 janvier à cette adresse : http://www.ofaj-rsvp.org/concert/ ) et le 29 janvier à l’Olympia en première partie d’Oldelaf. »

[youtube /BtHZkOkpAMI 600*350]

LCDP : Es-tu Parisienne ? Quel est ton endroit préféré dans Paris ? Qu’est-ce que tu aimes le plus dans Paris ?

LUCIOLE  : « Je suis rennaise mais parisienne depuis plus de 6 ans. J’ai un tas d’endroits que j’adore dans cette ville mais en ce moment je crois que c’est devant ma fenêtre, j’en aime la vue quelque soit le temps… et la nuit tombée je guette les scintillements de la Tour Eiffel dans le noir. Ce que j’aime le plus dans cette ville ? Son activité, ça bouge tout le temps ! Ses concerts, ses spectacles, (ses magasins !), ses rues animées, ses ruelles plus calmes, ses lieux de cartes-postales… ses mille visages surtout ! »
 
LCDP : Et pour finir, une dernière question, quelle est ta définition d’une chipie ? En es-tu une ? (rires…)

LUCIOLE : « Je suis une chipie, sans aucun doute ! Peut-être un peu moins en grandissant, quoi que… (rires). Du coup je dirais que la chipie est malicieuse, espiègle, un brin insolente. Une chic fille malgré un sale caractère parfois… oui, une chic fille ! Non ? (rires) »

LCDP : ahahah !! oui une chic fille ..j’adore cette définition (rires…) – Merci Luciole pour cette belle interview.

LUCIOLE – ET EN ATTENDANT …

Plus d’informations sur son blog http://www.luciolesenvole.com/

Ses prochaines dates : Le 24 janvier à la Bellevilloise et le 29 janvier à l’Olympia en première partie d’Oldelaf.

Suivre:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *