Kees Van Dongen : Les épopées d’un avant-gardiste.

Le week-end dernier a ouvert au Musée d’Art moderne de la ville de Paris l’exposition Van Dongen : Fauve, anarchiste et mondain. L’occasion de découvrir l’œuvre d’une des  figures emblématiques du fauvisme*.

L’exposition, présente jusqu’au 17 juillet,  est composée de plus de 90 peintures, dessins et céramiques, retraçant de 1895 à 1930 les grandes étapes de la vie de cet hollandais très énigmatique. Rebel au point de s’acoquiner au  milieu anarchiste, et adepte des grandes messes mondaines, sa peinture aux lignes coup de fouet à fait de lui un artiste singulier qui fascine encore par son audace et son esprit de liberté. M.Hergott, Directeur du Musée,  présent lors du vernissage, souligne que l’artiste était fasciné par les Beautiful People de l’époque… comme le sera plus tard Andy Warhol.

Ce qui me frappe c’est sa fascination pour la gent féminine : il se focalise sur le corps et les visages qu’il aime farder à outrance… vert pour le teint pourquoi pas ?

Artificier de la couleur, vous comprendrez très vite pourquoi en découvrant son art, il la transcende, la réinvente lors de ses nombreux voyages (Maroc, Espagne, Égypte) au début des années 1910. Mais pour cet hollandais, Paris reste un  lieu de prédilection. Montmartre, où il côtoie Picasso et Derain et aime échanger quelques peintures. Montparnasse, dans une période d’après guerre où il met en scène l’émancipation de la femme dans des œuvres à  connotation érotique. Et enfin, le Paris des années folles, qu’il adore et qualifie de « période cocktail » où  il décide de peindre uniquement l’élite (stars de cinéma, hommes d’affaires, politiciens etc..) !

 

Je vous recommande vivement cette exposition, une ballade colorée dans le Paris du début du siècle avec un bobo des années folles ça vaut le détour…L’exposition a été conçue par le musée Boijmans Van Beuningen en collaboration avec le MAM de Paris et a bénéficié de prêts de grandes institutions et collections privées comme le musée de Monaco, qui a prêté  pour l’occasion le fameux tableau des lutteuses -1908 ! Et pour prolonger le plaisir, vous pouvez même repartir avec un catalogue de l’artiste publié aux éditions Paris Musées pour l’occasion.

 

 

* Le fauvisme est caractérisé par l’audace et la nouveauté de ses recherches chromatiques. Les peintres avaient recours à de larges aplats de couleurs violentes, pures et vives, et revendiquaient un art fondé sur l’instinct. Ils séparaient la couleur de sa référence à l’objet afin d’accentuer l’expression et réagissaient de manière provocatrice contre les sensations visuelles et la douceur de l’impressionnisme. Matisse a dit : « Quand je mets un vert, ça ne veut pas dire de l’herbe; quand je mets un bleu, ça ne veut pas dire le ciel. »

 

INFOS PRATIQUES
Musée d ‘Art Moderne de la ville de Paris
11 avenue du Président Wilson – 75116 Paris
Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h (fermeture des caisses à 17h15)
Nocturne le jeudi jusqu’à 22h (fermeture des caisses à 21h15).
Fermeture les jours fériés.
Métro Alma-Marceau ou Iéna – RER C Pont de l’Alma
Bus 32, 42, 63, 72, 80, 92 – Station Vélib’ 2 rue Marceau

HORAIRES
Ouvert du mardi au dimanche jusqu’à 18h (fermeture des caisses à 17h15)
Nocturne le jeudi jusqu’à 22h (fermeture des caisses à 21h15)
Tarifs
– Plein tarif : 10 €
– Tarif réduit : 7.50 €
– Demi-tarif : 5 €
Gratuit pour les moins de 14 ans

 

 

Vous aimez ? Vous pouvez partagez :

Tags: , , ,

Pas de commentaires pour le moment.

Laisser un commentaire