Tomboy : sans contrefaçon …

Après « Naissance des Pieuvres », son 1er long métrage déjà très réussi, voici « Tomboy », le second film de Céline Sciamma, qui confirme le talent de cette jeune scénariste-réalisatrice de 30 ans. Si les 2 films ont une thématique commune – les premiers émois – on quitte l’adolescence pour l’enfance, période douce des jeux innocents, mais déjà cruelle, où l’identité sexuelle est encore en devenir et peut se révéler troublée, et troublante.

On suit ici le temps d’un été Laure (Zoé Héran, parfaite), petite fille de 10 ans, aux cheveux courts et à l’air dur, plus à l’aise en jogging / baskets que dans une robe, qui vient d’emménager dans une nouvelle ville où elle se fait alors passer pour Mickaël. Ses nouveaux amis n’ont aucun mal à croire qu’elle est un garçon, pas même sa nouvelle petite copine Lisa, qui très vite va tomber amoureuse d’elle (de lui) …

Dès lors, tout comme Laure, le spectateur est plongé dans un suspense et une tension relatifs à la peur de voir son mensonge démasqué. L’intensité du récit et des questions qu’il soulève sont habilement adoucis par l’humour de diverses scènes, notamment celles impliquant Jeanne, la petite soeur de Laure, véritable petite bonne femme ultra-féminine pour le coup, incarnée avec un naturel déconcertant et un formidable talent par Malonn Lévana. On lui donnerait un César sur le champs !


Céline Sciamma ne cherche pas à analyser ce qui pousse Laure à se faire passer pour   un garçon, pas de scène de psychologie à deux sous donc, mais des personnages en action, qui suivent leurs instincts sans se poser de question. Laure se sent elle-même dans la peau de Mickaël, c’est ainsi, ce que sa petite soeur accepte d’ailleurs assez rapidement, même si elle sent bien malgré son jeune âge que quelque chose cloche. Mais elle l’aime et ça s’arrête là. Les autres enfants n’ont pas à être suspicieux puisque pour eux, Laure n’existe pas, seul Mickaël. Lisa le trouve un peu différent, mais c’est précisément ce qui lui plaît. Il est troublant du coup de voir que c’est finalement le côté féminin de Mickaël qui attire la jeune fille, qui s’efforce pourtant tant qu’elle peut à jouer au petit mec … Le père (Matthieu Demy, touchant), ne semble pas plus inquiet que cela, il a même l’air plutôt heureux d’avoir un complice avec son petit garçon manqué de fille. Seule la mère, lorsqu’elle découvre la supercherie, a une réaction plutôt violente. Le film se fait alors angoissant, Laure/Mickaël étant démasqué(e) devant tout le monde, sa mère le forçant à porter une robe, honte suprême pour lui. On a peur de ce qui va se passer, l’enfance et le passage à l’adolescence étant un moment particulièrement délicat et sensible …

« Tomboy » se regarde donc comme un thriller, où le suspense monte crescendo, sans besoin de musique ni d’esbroufe. La direction des jeunes acteurs est particulièrement réussie, et le film nous fait réfléchir sur la question de l’identité sexuelle, qui bien que déterminée à la naissance selon que l’on soit un garçon ou une fille, n’est finalement pas acquise mais se construit en grandissant, et parfois en opposition avec ce que la nature a fait de nous. On n’est pas sans penser au très beau film qui avait révélé Hilary Swank, « Boys Don’t Cry », version plus adulte et beaucoup plus sombre qui abordait déjà ce sujet. Tous deux sont donc de grandes réussites et Céline Sciamma sans nul doute une artiste à suivre de très près.

[youtube 9gaULWYktUs 600 350]

Date de sortie cinéma : 20 avril 2011
Réalisé par Céline Sciamma
Avec Zoé Héran, Malonn Lévana, Jeanne Disson, …
Long-métrage français . Genre : Drame
Durée : 01h22min Année de production : 2011
Distributeur : Pyramide Distribution
Dans les festivals : Voir les 1 prix et 3 nominations
Synopsis : Laure a 10 ans. Laure est un garçon manqué. Arrivée dans un nouveau quartier, elle fait croire à Lisa et sa bande qu’elle est un garçon. Action ou vérité ? Action. L’été devient un grand terrain de jeu et Laure devient Michael, un garçon comme les autres… suffisamment différent pour attirer l’attention de Lisa qui en tombe amoureuse. Laure profite de sa nouvelle identité comme si la fin de l’été n’allait jamais révéler son troublant secret.
Suivre:

1 Commentaire

  1. 1 juin 2011 / 19 h 09 min

    Je voulais beaucoup le voir, mais je n’ai malheureusement pas eu le temps tant son passage dans mon cinéma fut rapide…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *