Rabbit Hole : Nicole Kidman is back !

Après le très raté « Australia », qui n’avait d’autre intérêt que ses paysages, et le four de « Nine », Nicole Kidman s’offre un retour sur le grand écran en produisant cette adaptation de la pièce de David Lindsay-Abaire, qui a  reçu le Prix Pulitzer dans la catégorie théâtre en 2007 et permis à une autre célèbre rouquine, Cynthia Nixon (Miranda de « Sex and the City), de remporter le Tony Award de la meilleure actrice.

Kidman
reprend donc le rôle de Becca, qui lui permet de nous montrer qu’au-delà de l’obsédée du lifting et du botox qu’elle est devenue (on se demande bien ce qui a pu lui prendre !), elle est toujours une grande actrice, ce qui lui a encore valu d’être nommée aux Golden Globe et aux Oscars cette année.

« Rabbit Hole » aborde avec finesse un sujet difficile : la perte d’un enfant, et ses conséquences sur le couple, les proches qui l’entourent, et même sur le coupable ayant causé ce drame. Que faire pour surmonter une douleur aussi atroce et continuer à vivre ? S’en remettre à Dieu, partager son chagrin et sa colère auprès de groupes de soutien ayant vécu la même chose, s’évader par l’alcool ou la drogue, … ? Forcément la réponse est différente pour chacun et là où son mari trouve du réconfort en fumant quelques pétards avec une mère ayant traversé un drame similaire, Becca, elle, ne trouvera de l’apaisement qu’en se rapprochant du jeune homme responsable de la mort de son fils. Chaque protagoniste a donc sa façon propre de surmonter sa souffrance, d’où la difficulté du couple à rester soudé, et à la famille et aux proches de parvenir à apporter du réconfort.

Là où le sujet aurait pu vite nous entraîner dans un mélo larmoyant facile, le réalisateur John Cameron Mitchell – dont je vous conseille « Shortbus », si vous êtes curieux et que les scènes explicites ne vous choquent pas – évite la surcharge pour nous livrer un film sobre, à l’image de ses comédiens, Kidman en tête. Son jeu tout en retenue est d’autant plus percutant lorsqu’elle laisse soudain éclater toute sa colère rentrée ou son chagrin. Diane Wiest est formidable aussi, en mère déjà éprouvée par une perte similaire qui tente maladroitement de soulager la peine de sa fille, donnant lieu par ailleurs à une très belle scène entre les 2 comédiennes sur ce qu’il y a de positif à finalement ne jamais pouvoir oublier. Car oublier serait nier l’existence même de l’être qui nous manque tant, or ce qu’on veut au final c’est seulement ne plus être ravagé par le chagrin, non pas effacer ses souvenirs. Mais cela seul le temps peut nous permettre d’y arriver, comme le laisse suggérer la fin, prometteuse d’espoir.

« Rabbit Hole » est donc un beau film, grave sans être tire-larmes, où Nicole Kidman s’est offert un rôle à sa mesure et nous donne envie de la revoir prochainement sur grand écran. Avec ou sans botox !

LA BANDE ANNONCE

[youtube K9iJH2P96dM 600×400]

Date de sortie cinéma : 13 avril 2011
Réalisé par John Cameron Mitchell
Avec Nicole Kidman, Aaron Eckhart, Dianne Wiest,…
Long-métrage américain . Genre : Drame
Durée : 01h32min Année de production : 2010
Distributeur : Haut et Court
 
 
Synopsis : Huit mois après la disparition de leur fils, Becca et Howie redonnent peu à peu un sens à leur vie. Howie tente de nouvelles expériences tandis que Becca préfère couper les ponts avec une famille trop envahissante. Contre toute attente, elle se rapproche du jeune homme responsable de la mort de leur enfant. Cette relation étrange va permettre à Becca d’être enfin en paix avec elle-même.
 

LES NOMINATIONS

Oscars / Academy Awards 2011
1 nomination : Oscar de la Meilleure actrice (Nicole Kidman)
Golden Globes 2011
1 nomination : Meilleure actrice dans un drame (Nicole Kidman)
Independent Spirit Awards 2011

4 nominations :

– Meilleur réalisateur (John Cameron Mitchell)
– Meilleur scénario (David Lindsay-Abaire)
– Meilleur acteur (Aaron Eckhart)
– Meilleure actrice (Nicole Kidman)

Crédit Photos : Haut & Court
Suivre:

2 Commentaires

  1. 20 juin 2011 / 22 h 58 min

    bleu

    bon…là encore je ne suis pas d’accord avec toi.
    Nicole Kidman n’est pas dans son « bon angle » dans ce film.
    Contrairement à toi j’ai bien aimé Australia ^^ (dit-il avec des yeux en forme de quartiers de mandarine)

    Dans ce film NK montre le côté hyper-trop-féminin de la femme faible. Le film aurait dû montrer la remontée à la vie après la perte de l’enfant.
    Par contre, l’acteur Aaron Eckhart (dont tu ne dis rien du tout) est complément au point, peut-être son film de carrière sur le plan intensité tragique.

    Petite chipie de paris, je pense que vous avez besoin de casser (gentiment) l’image de la femme dans la culture comtemporaire. Celle que vous vous faîtes est dépassée de deux décennies à Paris.

    Je vous conseille avec enjouement les lectures de Saphia Azzedine, je pense que vous serais au départ bousculée, mais ensuite , née une nouvelle fois…

    Jaune

    • 21 juin 2011 / 11 h 23 min

      Là encore je vais donc te répondre Mr couleurs que mon avis reste subjectif. Et je ne suis pas La Chipie mais Leen-C.
      Tu dois être un des rares à avoir apprécié « Australia » qui pour moi n’était qu’une déception eu égard aux films précédents de Baz Luhrmann, largement meilleurs.
      « Rabbit Hole » montre la remontée à la vie, mais elle ne peut se faire en un jour, et je ne pense pas que quiconque puisse savoir comment il réagirait à un tel drame. Perdre un enfant étant la pire des douleurs. Ici le film montre comment le couple survit, chacun à sa façon, et je ne pense pas que Kidman soit dans un rôle « hyper trop féminin de femme faible ». C’est juste une mère qui a perdu l’enfant qu’elle avait mis au monde, assez bonne raison je trouve pour être effondrée, perdue et en colère.
      J’ai écarté l’acteur Aaron Eckhart il est vrai, qui est parfait également et trouve sans doute là un de ses rôles les plus forts.
      Pour ce qui est de l’image de la femme dans la société contemporaine, je laisse le soin à mon amie La Chipie d’en débattre avec toi !
      A plus !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *