INTOUCHABLES : Le coup de cœur de l’automne.

Les affiches placardées un peu partout le disaient : «Label des Spectateurs UGC », « Coup de Coeur des Cinémas Gaumont Pathé », etc.  Bref, Intouchables, du duo de réalisateurs Eric Toledano et Olivier Nakache,  semblait être LE film à voir absolument cet automne.

Personnellement, j’avais quelques craintes à aller voir un film racontant l’histoire d’un riche aristocrate, devenu tétraplégique à la suite d’un accident de parapente, qui recrute comme aide à domicile un jeune des cités tout juste sorti de prison. Handicap + malaise des banlieues : ça sentait le film misérabiliste à plein nez.

Disons-le donc tout de suite : OUI, Intouchables est rempli de bons sentiments et joue sur la confrontation classique, souvent pleine de clichés, entre deux personnages que tout oppose : d’un côté, le blanc riche et cultivé, amateur d’art, de musique classique, et sachant fort bien manier le verbe ; de l’autre,  le noir pauvre qui galère dans sa cité, n’a visiblement jamais mis les pieds dans un musée et pense que Chopin ou Wagner  sont des musiques de pub. En outre, la mise en scène est classique, pas de plans léchés, de mouvements de caméras impressionnants, d’éclairage original, Nakache et Toledano n’ont pas la prétention d’être Scorcese. Mais alors, pourquoi ça fonctionne si bien ?

Nul doute qu’une des clés de la réussite du film est l’humour. Le rythme des dialogues est particulièrement bien construit. Ce qui rapproche d’emblée Philippe (François Cluzet) de Driss (Omar Sy), c’est ce goût pour la blague, la dérision, l’humour pince sans rire. Intouchables est drôle, on rit très souvent, les répliques font mouche, certaines risquent fort de devenir cultes. Me suis vraiment marrée, et cela fait du bien ! C’est ce qui séduit d’emblée Philippe chez Driss : il ne prend pas l’air contrit et gêné en le voyant dans un fauteuil roulant, bien au contraire, il le charrie et ne le prend jamais en pitié. Aux scènes comiques viennent également s’ajouter des scènes plus dramatiques, et là aussi l’émotion fonctionne. Je l’avoue, je n’ai pas pu résister à verser ma petite larme ! Quand Philippe parle de sa défunte épouse, et confesse à Driss que son plus grand handicap n’est pas d’être paralysé mais qu’elle ne soit plus là, ce n’est pas niais, c’est beau et touchant, tout simplement.

Le thème de l’handicap physique est  traité avec subtilité, les réalisateurs ne s’en sont pas servi pour en faire un film larmoyant, bien au contraire, ce qui en ressort est plutôt une véritable force de vie. Au fond, ce qui fait peur à Philippe n’est pas tant de rester condamné à vivre dans un fauteuil, mais surtout de ne plus pouvoir séduire, qu’aucune femme ne s’intéresse à lui pour autre chose que son argent. Driss quant à lui est aussi handicapé à sa manière, par son contexte familial, son passif de petit voyou, son cadre de vie, qui le freinent à pouvoir vivre autre chose qu’un quotidien difficile. Leur rencontre va pouvoir permettre à chacun d’eux d’aller au-delà, de voir que tout est toujours possible.

En ça vient l’autre force majeure du film : son tandem de comédiens, qui fonctionne à merveille. Cluzet est comme toujours excellent et confirme qu’il est une des valeurs sûres du cinéma français ; la révélation est donc Omar Sy, trublion du SAV de Canal +, qui bouffe littéralement l’écran. Son fameux rire, si communicatif, est une sorte d’arme de destruction massive, impossible d’y résister ! Mais Omar n’est pas qu’un clown, au-delà de sa gouaille naturelle campe un véritable comédien, qui vous fait passer d’une émotion à une autre sans en rajouter. Talent à suivre de très près donc. Les seconds rôles composent également une galerie de personnages très attachants, qui renforce ce sentiment de tendresse que dégage le film. Sa réussite tient à ça : on y croit. Savoir que le scénario est basé sur une histoire vraie assurait déjà une certaine crédibilité, mais ce sont les personnages qui font qu’on adhère sincèrement à l’amitié qui naît entre Philippe et Driss.

Si vous cherchez un remède à la grisaille ambiante et savez apprécier les films tout simplement humains, courrez donc voir ces « Intouchables » ! Il y a fort à parier que vous ferez partie de ceux ayant permis au film d’obtenir les taux de satisfaction les plus élevés de ces derniers temps !


Intouchables – Teaser N°1 HD par sortiescinema


Intouchables – Teaser N°2 HD par sortiescinema

Crédits Photo : Gaumont Distribution

Suivre:

1 Commentaire

  1. 29 novembre 2011 / 0 h 44 min

    j’étais comme toi j’avais des doutes et j’ai été agréablement surprise ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *